Édito juillet-août  2021

Jany Campello

La Tempête, Giorgione.

Carpe Diem…

Le temps des cerises est de retour ! Et avec lui l’été des festivals, des concerts, la vie libre ou quasi. Enfin on respire, on renoue avec les parfums oubliés au gré d’une promenade : quelle ivresse soudaine le masque tombé ! Les tilleuls suaves d’une avenue ombragée ; plus loin faisant le mur, un jasmin en fleurs qui nous fait chavirer les sens, un chèvre-feuille étourdissant…Une intrigante sensation de goûter aux parfums défendus nous envahit…Partout les festivals repoussent, affichent leurs programmations, montent leurs scènes, préparent leurs rangs et accueillent déjà le public, sans distanciation ni restriction de nombre. Partout cette joie des musiciens plus enthousiastes que jamais d’offrir la beauté de la musique, de la partager comme on partage un repas de fête. A ce concert de plein air, on hésite pourtant un instant, réticent : m’assoirais-je à côté de cette femme? il y a de la place, autant laisser un siège de distance ! La musique a aussi ce goût de fruit défendu, mais désormais à portée de cueillette ! On voyage : on va à la mer, à la montagne, à la campagne. Les vacances, besoin de souffler ! La musique y est partout : elle nous offre ses voyages extraordinaires, et le bonheur est dans son pré. Saisissons-le à pleines brassées, c’est le moment ou jamais, car justement, on ne sait jamais…l’orage est là qui menace, le sombre nuage d’un variant, l’éclair fend à nouveau le ciel au loin. Mais restons optimistes et gourmands, et croquons la vivante musique à pleines dents !